Home | Statement | Signatories | About | Press Room                                                            English | Español

Le 22 mars, Journée mondiale de l'eau
Le compte à rebours a commencé pour les donateurs.
Des mesures sont à prendre contre la crise humanitaire et écologique de l'eau qui prive un milliard d'êtres humains
d'accès à l'eau potable.


Au cours des dix dernières années, la Commission européenne n'a cessé de promouvoir la participation du secteur privé aux services de distribution d'eau et d'assainissement. Or, les expériences menées en Bolivie, en Guyana, en
Tanzanie et ailleurs ont montré que les compagnies privées des eaux
n'apportent pas les investissements ni les gains d'efficacité nécessaires
pour fournir de l'eau à un prix abordable aux populations urbaines pauvres.

Malgré ces échecs, la Commission continue à promouvoir des politiques et des mécanismes de financement qui encouragent la participation du secteur privé dans les services des eaux et d'assainissement, tout en faisant pression sur les pays pauvres pour qu'ils ouvrent ces secteurs aux multinationales européennes.

Nous voulons que cette politique change, et qu'elle change dans un sens qui reconnaît que l'accès à l'eau est un droit de l'homme et qui apporte aux pays pauvres l'aide nécessaire pour faire de ce droit une réalité.

À l'échelle mondiale, la distribution d'eau est assurée à 90% par le secteur public. Au Brésil, en Inde, en Ouganda et ailleurs, de grandes entreprises de service public fournissent des services de distribution d'eau et d'assainissement à un nombre croissant d'usagers. Le défi consiste à encore améliorer ces bons résultats en mettant à niveau d'autres prestataires publics.

Nous nous félicitons de la récente annonce suivant laquelle la Commission envisagera la mise en œuvre de politiques d'"aide intelligente". Dans le cas de l'eau et de l'assainissement, cela voudrait dire que l'Union européenne :

  • N'utilisera plus les fonds destinés à l'aide pour faciliter la participation du secteur privé.
  • Renoncera à ses critères d'accès au marché dans les négociations commerciales.
  • Augmentera sensiblement les aides et les investissements publics dans le secteur.
  • Contribue au développement d'entreprises de service public fortes dans l'hémisphère sud par le biais de "partenariats public-public" qui permettent l'échange de savoir-faire entre fournisseurs publics travaillant main dans la main avec les communautés locales.

Pour plus d'information, voir www.waterday.eu